Harley Davidson Perpignan

Connexion utilisateur

Météo

Temporairement indisponible

Actualités

Xavier Charles – gérant Harley-Davidson Avignon et Perpignan.

– Vous venez d’essayer le nouveau moteur Touring 2017 MILWAUKEE-EIGHT, alors ?

Xavier : « Ouahh ! Une révolution chez Harley ! Le moteur du 3ième millénaire ! »

– Vous pouvez nous en dire plus ?

Xavier : « Déjà quand j’ai démarré la moto, le moteur ronronne différemment ! On sent qu’il y en a sous la poignée d’accélérateur . On sent l’augmentation de cylindrée et les 4 soupapes par cylindre !! »

– Et ensuite après ce premier contact ?

Xavier : « Maintenant quand tu passes la première, tu n’as plus ce bruit et cette sensation de « taper dans la ferraille ! »

– OK jusque-là, good sensation, mais après ?

Xavier : « après j’ai dégusté un moteur linéaire bien plus puissant que les 103ci (1700cm3). C’est bien simple, tu te retrouves rapidement en 6ième tellement le moteur a du répondant. La boîte de vitesse est en harmony avec cette puissance. Je me suis régalé ! »

– Globalement cet essai ?

Xavier : « Réellement, j’ai eu l’impression de repasser un baptême chez Harley avec une sensation nouvelle. Un pur plaisir avec le moteur et la boîte. »

– Top alors ! Avez-vous un dernier commentaire à faire ?

Xavier : « Le confort ! Comment vous dire ? … le rushmore avec les nouvelles suspensions couplées au nouveau moteur et la nouvelle boîte de vitesse… Un plaisir formidable ! » J’invite tous les bikers à venir essayer nos nouvelles motos Touring Milwaukee Eight en démonstration dans nos magasins ! Bye

L’image contient peut-être : 1 personne , plein air

 

"Harley and the Davidsons", fiction inédite à découvrir en novembre sur Discovery Channel (vidéo)

Dès le jeudi 17 novembre, la chaîne Discovery Channel proposera à ses téléspectateurs de découvrir « Harley and the Davidsons », une fiction en trois épisodes de 120 minutes qui retrace la folle épopée de la création de l’iconique Harley Davidson dans les années 1900.

Une Harley-Davidson est bien plus qu’une simple moto : c’est un symbole de l’Amérique. Partis de rien, ses fondateurs Walter et Arthur Davidson ainsi que leur ami Bill Harley ont dû triompher de nombreux obstacles, faire face à une concurrence sans pitié et prendre de gros risques. Ensemble, ces trois jeunes hommes, issus de la classe ouvrière, ont tout donné pour assurer la survie de leur société tout juste créée. Mais jusqu’où étaient-ils prêts à aller pour vivre le rêve américain ?

Inspirés de l’histoire vraie de la mythique Harley-Davidson, les trois épisodes de cette série inédite reviennent sur la naissance de cette moto à une époque de bouleversement social et technologique. Walter, Arthur et Bill ont risqué jusqu’à leur dernier sou pour lancer leur entreprise. Même quand ils ont dû affronter des difficultés personnelles, la moto restait le lien qui les unissait dans la poursuite de leur rêve.

Pour Walter Davidson (interprété par Michiel Huisman de la série Game of Thrones), ce projet était une chance d’échapper au carcan de la société en ignorant les règles établies afin de construire une moto pouvant vous transporter partout et à grande vitesse. Pour Arthur Davidson (interprété par Bug Hall du film culte Les Chenapans), c’était finalement l’occasion de se faire un nom. Et pour Bill Harley (joué par Robert Aramayo de Game of Thrones), la moto était l’opportunité de s’émanciper et de faire connaître ses talents d’ingénieur.

« Harley and the Davidsons » révèle comment les fondateurs ont su se développer et prospérer dans un esprit de loyauté, depuis leur contrat avec l’armée américaine et la formation mécanique des soldats sur le terrain au soutien des turbulents clubs de motards fleurissant à travers le pays. Loin de se contenter du succès acquis, ils remirent également leur réputation en jeu lors de la création de la première Superbike. Walter, Arthur et Bill ont permis à la marque Harley-Davidson de rayonner à l’international s’émancipant de toutes les règles, capable d’aller n’importe où et à pleine vitesse.

 

 

Toutes les bonnes choses ont une fin... Chez Harley-Davidson aussi avec les 60 derniers exemplaires du V-Rod, le power cruiser de la firme du Milwaukee, qui tire sa révérence après quinze ans de bon et loyaux services.

Une page se tourne pour Harley-Davidson dont le modèle V-Rod sort de la gamme et devient plus que jamais un "Collector". La marque commercialise en effet les 60 derniers V-Rod jusqu’à la fin du mois de septembre, le modèle n'étant en effet pas reconduit en 2017 : une nouvelle victime d'Euro4. Pour ceux qui souhaitent détenir l’objet de toutes les futures convoitises, le temps vous est compté.

En 2001, le V-Rod avait ouvert une autre voie en inaugurant le premier moteur à refroidissement liquide de la marque Harley-Davidson, lui permettant de mettre le pied dans le segment des Power Cruisers. D'une cylindrée initiale de 1130 cm3, ce moteur appelé Revolution et conçu en partenariat avec Porsche, a atteint plus tard les 1250 cm3. 

Si le moteur du V-Rod était un bicylindre en V comme le veut la coutume chez Harley, la philosphie de cette moto était tout autre. Le V-Rod a sans aucun doute bousculé les habitudes des puristes de la marque et en même temps marqué l’arrivée de nouveaux clients. Mi-dragster mi-custom, la Harley-Davidson V-Rod a été le précurseur d'un nouveau segment de motos baptisé Power Cruiser. Segment sur lequel on retrouve aujourd'hui des motos commela Ducati XDiavel (qui a d'ailleurs repris les dimensions de l'énorme pneumatique arrière de 240 mm).

En France, ce sont près de 5000 modèles qui ont été vendus depuis l’apparition du V-Rod en 2001. Aujourd'hui, deux versions sont disponibles avec le Night Rod ou le Muscle. On vous le repète, il vous faut vous dépêcher d'en acheter un avant la fin du mois... Et la dispartion du modèle.

En devenant « Opale Harley days », la concentration sympathique des fans de la marque de Milwaukee change de dimension. 2016 reste une année de transition pour la marque qui entend bien battre un nouveau record.

<br />
L’événement aura lieu cette année encore à Hardelot, avec une incursion sur Boulogne dimanche.</p>
<p>VDNPQR<br />

Rappelez-vous : l’an dernier, l’Opale Shore Ride, profitant d’une météo exceptionnelle avait battu tous les records : 5 500 bikers et 23 000 visiteurs sur le week-end. Un succès inespéré mais qui posait la question de sa gestion, à terme, par des seuls bénévoles. Finalement, Pierre Beurrier et son association ont persuadé Harley-Davidson France de prendre le relais avec sa logistique pro.

L’annonce avait été faite en janvier dernier au casino de Boulogne. L’Opale Shore Ride a pris une dimension nationale en devenant un événement officiel pour la marque au même titre que l’Euro festival de Grimaud ou les Morzine Harley days. Des événements qui attirent des milliers de motards de toute la France et bien au-delà.

Qu’est-ce qui va changer par rapport aux éditions précédentes ? Peu de choses en fait. L’esprit de la fête reste le même : un village autour de la culture moto, une grande parade le samedi, un « run » le dimanche matin le long du littoral boulonnais. Beaucoup de rock et beaucoup de chrome.

Côté scène en revanche, Harley France hausse les décibels sur deux scènes dont une de 17 m de long (!) qui va accueillir Murray Head samedi et Johnny Gallagher vendredi. Deux belles têtes d’affiche pour deux concerts gratuits que l’association n’aurait pas pu se payer.

Côté sécurité enfin, contexte oblige, l’organisation Harley France met le paquet pour que tout se déroule dans les meilleures conditions.

« Avec les bénévoles, il y aura pas moins de 150 personnes sur le week-end pour filtrer, surveiller la foule » rassure ainsi Stéphane Sahakian, l’organisateur. Il y aura aussi plus de policiers et de gendarmes aux abords. L’événement va donc encore grandir même s’il prend une tournure clairement commerciale.

Le ticket d’entrée pour certains exposants fait déjà grincer des dents. « Qu’ils se rassurent en se disant qu’ils ont profité d’années quasiment gratuites » déclare l’organisateur qui va tester la formule cette année à Hardelot, sa terre d’origine.

Murray Head et Gallagher en têtes d’affiche

Ce n’est pas encore la grosse écurie comme Toto à Morzine en 2015, mais l’organisateur va tester deux belles têtes d’affiche cet été avant peut-être d’autres noms les années suivantes.

Murray Head sera l’une des têtes d’affiche d’Hardelot. photo Pierre LE MASSON<br />

L’interprète de « One night in Bangkok » de la comédie musicale « Chess » sera sur scène le samedi à 22 h 30. Murray Head qui compte six disques d’or et de platine saura faire chanter la foule et danser les nostalgiques. Les amateurs de hard rock ne bouderont pas leur plaisir avecJohnny Gallagher le vendredi à 22 h 30, un des meilleurs guitaristes du genre. Toujours sur la grande scène, on pourra entendre Sofaï, le samedi à 19 h, une voix rauque et agressive dans les attaques et chavirante dans les balades.

À noter aussi sur l’autre scène The Freelers le samedi à 21 h en première partie de Murray Head : un groupe 100 % rock & live ! Little Bob et les Blues Bastards seront aussi de la fête le vendredi à 21 h. Un des pionniers du rock français sur la scène à Hardelot, sympa, non ? Et tout ça gratuitement… Show devant.

Pratique :

  • Prix : à partir de 24 390 €
  • Coloris : noir et gris, noir, bordeaux, gris, jantes à rayons
  • Garantie : deux ans, pièces et main d’œuvre, kilométrage illimité
  • Disponibilité : livraison dernier trimestre 2016
  • Homologation : Permis A, Euro4

Harley-Davidson Road King Classic 2017 Milwaukee 8 (25)

Harley-Davidson Road King Classic 2017 : Moteur

Toute la gamme Touring de Harley-Davidson bénéficie de l'arrivée d'un moteur nouvelle génération pour 2017. Ce big twin surnommé "Milwaukee Eight", le neuvième de la lignée chez H-D, a été conçu pour passer les nouvelles normes à venir, Euro4 dans l'immédiat, puis Euro5. Si, dans sa définition standard, il reste fidèle au refroidissement par air (avec la présence tout de même d'un imposant radiateur d'huile), il peut aussi recevoir un refroidissement liquide partiel (au niveau des culasses) en version Twin Cooled. Voici les points clés concernant le nouveau moteur Milwaukee Eight 107 : Harley-Davidson Road King Classic 2017 Milwaukee 8 (2)

Harley-Davidson Milwaukee 8, l'essentiel :

  • Moteur bicylindre en V à 45°
  • Refroidissement par air (et huile) en version standard
  • Refroidissement par eau des culasses en version Twin Cooled
  • Cylindrée : 107ci ou 1745 cm3
  • Distribution culbutée, simple arbre à cames
  • 4 soupapes, 2 injecteurs et 2 bougies par cylindre
  • Arbre d'équilibrage interne
  • Commande d'embrayage hydraulique
  • Injection électronique, accélérateur électronique

En complément d'informations, ce nouveau moteur présente des cotes internes revues. Si la course ne change pas par rapport au bloc de 103ci ou 1690 cm3 avec 111,1 mm, la valeur d'alésage passe de 98,4 mm à 100 mm ! de bien beaux pistons ! Avec de telles cotes, le moteur Milwaukee Eight reste typé longue course comme tout bon big twin H-D, mais de peu...  L'alésage revu à la hausse s'accompagne de l'arrivée des deux soupapes supplémentaires (4 soupapes par cylindre donc ici). Harley-Davidson, tout en restant fidèle à ses grands principes mécaniques comme la distribution culbutée, a profondément modifié son big twin. Notamment, les flux d'admission et d'échappement, comme sur tous les gros moteurs homologués Euro4. Le nouveau filtre à air y participe activement, avec un apport d'air en augmentation de 50% alors que, dans le même temps, la nouvelle ligne d'échappement libère le même volume de gaz. filtre à air road king 2017 Une fois le couvercle ôté, le boîtier de filtre à air dévoile un cheminement inédit pour une moto de série chez Harley-Davidson. A noter, que comme tout modèle homologué Euro4, la FLHR ne rejette pratiquement plus rien de résiduel hormis les gaz d'échappements s'entend. Gaz imbrûlés récupérés puis ré injectés dans le cycle de combustion, vapeurs d'essence provenant du réservoir récupérées dans le canister, tout est traité pour limiter l'impact écologique et, en principe, une moto Euro4 pourrait être rangée sur une moquette sans ne laisser aucune trace et ne dégager aucune odeur... Du côté performances, le nouveau moteur Milwaukee Eight de 107 ci (1745 cm3) progresse avec 15 daN.m de couple à 3 250 tr/min contre 13,8 daN.m à 3 500 tr/min sur le moteur 103 ci de 1690 cm3. Au chapitre pratique, attention à l'imposant radiateur d'huile, logé très bas dans le cadre, devant le moteur : attention aux trottoirs ! harley-davidson-road-king-classic-2017-milwaukee-8-11 Au niveau de l'entretien, la première révision intervient à 1 600 kilomètres, après un long et scrupuleux rodage préconisé par Harley-Davidson, puis tous les 8 000 kilomètres, soit la norme chez le constructeur Américain. Le nouveau moteur Milwaukee Eight ne nécessite pas de réglages de soupapes, lequel en principe doit rester constant par construction. Les opérations sont donc simples : vidange (plus de 4 litres d'huile), filtre à huile, mise à jour électronique, bougies qui nécessiteront plus d'attention car il y en a désormais quatre, les bougies centrales réclamant la dépose du réservoir pour les contrôler ou changer. La transmission finale par courroie ne réclame pas d'entretien, elle peut durer plus de 40 000 kilomètres sans problème. Les concessionnaires l'inspectent à chaque révision.

Harley-Davidson Road King Classic 2017 : Partie-cycle

Pour 2017, Harley-Davidson a soigné les suspensions de la gamme Touring avec l'arrivée d'une toute nouvelle génération d'éléments Showa. La fourche adopte des valves à double effet pour améliorer la tenue de route et l'absorption des chocs. Un progrès léger mais notable à la clé. La fourche reste dénuée de réglages. Dans le même temps, les amortisseurs délaissent l'assistance du gaz au profit d'un système plus classique, mais la précontrainte des combinés s'ajuste désormais via une molette hydraulique située derrière les sacoches. Harley-Davidson annonce un comportement plus constant qu'avec les anciens amortisseurs à gaz. L'accessibilité est correcte, même s'il est indispensable de déposer la valise pour accéder à la molette comme ici. En revanche, les valises s'ôtent très facilement. img_2107img_2114 Le freinage ABS Brembo de type "Reflex" combiné assure un excellent feeling et un bon niveau de décélération pour une moto si lourde, mais longue et basse, donc très stable dans cet exercice. Le système combiné n'exclut l'utilisation à la mode custom, soit en utilisant au moins autant la pédale que le levier de frein (50/50 contre plutôt 70 AV/30 AR sur les routières classiques).

Harley-Davidson Road King Classic 2017 : Equipement et fabrication

Toujours très bien présentée, la Road King reste une Harley-Davidson dans sa qualité de fabrication. Les peintures, chromes, matériaux, accessoires, sont d'une qualité supérieure, mais certains détails s'avèrent passables, surtout à ce niveau de prix. La connectique reste présente (colonne de direction), même si elle est autrement mieux dissimulée et peignée que sur les Sportster. Le moteur possède un nouveau démarreur qui exhibe maladroitement quelques fiches alors que des durites situées derrière le cylindre arrière mériteraient un petit cache. Malgré tout, la Road King reste un objet de toute beauté. harley-davidson-road-king-classic-2017-milwaukee-8-10Au chapitre de l'équipement, soulignons la présence du pare brise et des sacoches en cuir semi rigides qui sont aisément amovibles (sans outils). De quoi transformer le look de la Road King, mais l'absence de verrou antivol sur ces éléments a de quoi interpeller. Le tableau de bord se résume à un gros compteur central logé sur le réservoir. Les informations essentielles y figurent : vitesse, régime moteur et indicateur de rapport dans la petite fenêtre, deux trips partiels, total, distance avant la panne sèche, horloge... Dommage pour l'absence de la température ambiante et pour la disparition du voyant (led verte très visible) d'overdrive situé dans le compteur. harley-davidson-road-king-classic-2017-milwaukee-8-9
 

Lire l'essai de la Harley-Davidson Road King Classic 2017

 

Fiche technique :

Moteur : 1 745 cm3, 4 temps, bicylindre en V, alésage 100 mm x course 111,1 mm, refroidi par air et huile, 1 arbre à cames, distribution culbutée, 4 soup./cyl., injection électronique, double injecteurs, 2 bougies par cyl, 6 vitesses, transmission par courroie crantée., taux de compression 10,0:1, démarreur électrique Puissance maxi 89,7 ch (66 kw), couple 15 daN.m à 3 2500 tr/min Partie-cycle : cadre double berceau acier, fourche télescopique diam 49 mm Showa, 2 amortisseurs AR Showa réglables en précharge, freins AV 2 disques diam. 300 mm / étriers 4 pistons + ABS Reflex (couplé) - AR disque diam. 300 mm / étrier 4 pistons + ABS Reflex (couplé), pneus AV 130/80 x 16 / AR 180/65 x 16 Gabarit : longueur 2 420 mm, empattement 1 625 mm, chasse 170 mm / angle 26°, hauteur de selle 715 mm, garde au sol 125 mm, réservoir 22,7 litres, poids à sec (usine) 362 kg, 380,4 kilos tous pleins faits mesurés (AV 176,8 kg, AR 203,6 kg) Performances : vitesse maxi 180 km/h (compteur) à 4 250 tr/min, consommation moyenne mesurée lors de l'essai : 7,2 l/100 km

 

 

 

ROUTE 21

ALPE D'HUEZ

Aux pieds des mythiques routes et cols des ALPES, la nouvelle direction de la concession HARLEY-DAVIDSON GRENOBLE fête son premier anniversaire.

Quelques confidences, ISABELLE et MICHEL sont d’anciens motards qui aiment toujours le bitume et quelle surprise d’apprendre que c’est ISABELLE qui a converti MICHEL à notre sacro-sainte philosophie et sont donc devenus, tous deux, d’authentiques Bikers.

Le plaisir de faire plaisir, une belle idée de Michel que je partage depuis des lustres dans ce monde régenté par la Carte Bleue ! Donc, dernière étape avant la montagne chez HARLEY-DAVIDSON GRENOBLE.

Après quelques mises en bouche chez Isabelle, nous voilà donc sur cette route mythique avec ses 21 virages en apprenant que le numéro un est proche de l’arrivée.

Sur mon Triglide, aucun souci et aucune frayeur mais que de plaisirs pour les yeux sauf les souffrances bien volontaires que s’infligent les cyclistes que nous doublons.

La station est à nous !!!!!

Une première édition pour cette route 21, organisée par le GRENOBLE ALPES CHAPTER, club associé au concessionnaire Harley-Davidson de Grenoble.

Sébastien MACARRY, en collaboration avec la station et l'office de Tourisme, nous offrant comme magnifique cadeau, un week-end à L’ALPE d’HUEZ.

 

GRENOBLE ALPES CHAPTER et ses 55 VOLUNTERS nous accueillent dans leur station préférée.

Ici, la foi survole les montagnes, des vrais artistes, ces members Chapter, des montagnards comme leurs ancêtres.

Donc, la station de l’Alpe d’Huez s’offre à nous, magique.

La Chartreuse aussi, magique et bien appréciée, l’authentique pour ses belles assiettes.

 

le concert du groupe Touch Rock et des souvenirs de Pink Floyd, ACDC, Deep Purple, Tina Turner et bien entendu, le Sporting que de nom, mais excellent pour les nuitards et danseurs Lyonnais !

L’air de l’Alpe d’Huez nous maintient en forme pour le samedi avec une balade au col de Sarenne, une descente pour nos spécialistes et une parade festive dans la vallée à Bourg d’Oisans pour les plus calmes !

La station est à nouveau à nous, elle est si grande, que pour cette première édition, 500 motos ne suffiront pas à remplir le parking gratuit et souterrain de la patinoire.

Parade dans la station, applaudissements, bisous à la volée…

Apéritif dînatoire avec Monsieur le Maire, Jean-Yves NOYREY et la direction de l’office du tourisme.

Concert avec le groupe Moustache à la musicalité hard vintage, donc une belle journée qui finira au Sport…

Enfin, le dimanche matin, j’ai réussi à flâner et voir les boutiques, et comme toujours, avoir un peu de tristesse à quitter ce lieu.

 

Nous reviendrons car je sais maintenant, que de nouveaux évènements sont dans les cartons.

Amis nous vous embrassons, ce n’est qu’un au revoir

JC de la Post

un clic ici pour voir l'album 330 photos

article et photos Jean-Claude

Les nouveaux modèles Harley-Davidson 2017 seront bientôt dévoilés. On attend certes quelques évolutions, de nouveaux coloris, une fournée luxueuse de CVO, mais surtout, tout le monde se pose des questions sur un futur moteur inédit à 8 soupapes et cylindrée augmentée.
 
          Quelques clichés-espions et beaucoup de rumeurs circulent depuis quelques semaines. Rumeur est le mot juste car il s'agit de photos prises dans un centre d'essais. Mais aucun communiqué de la Motor Company à ce sujet. Voici un résumé des infos et une analyse de notre spécialiste Harley :

          Ce moteur se nommerait donc le "milwaukee eight", en rapport avec le nombre de soupapes à savoir quatre par cylindre soit huit au total. Il aurait était conçu pour passer les normes euro 4.
Il cuberait à 107 cubic inches soit 1753 cm3 et équiperait les moteurs de la gamme touring de 2017 mais on parle plus fugacement d'un 117ci (1917 cm3) et d'un 120ci (1966 cm3). Dans d'autres cas, on parle aussi d'autres cylindrées comme 114ci ou 131ci.

          Le moteur garderait la même architecture à savoir bicylindre en V (of course !) et commande des soupapes par tiges de culbuteurs. Aucune info en ce qui concerne le refroidissement.

          Mais si les photos ont soulevé moult questions, elles permettent aussi quelques doutes. Par exemple, on voit sur la photo une bosse au milieu des caches culbuteurs. Dans un twin cam, cet emplacement est dédié au "oil breather" qui est le reniflard  permettant le passage des vapeurs d'huile lors du mouvement des pistons. Or, s'il y a bien quatre soupapes par cylindre, il semblerait compliqué, d'après la forme des caches culbuteurs, de loger les basculeurs supplémentaires ET le reniflard d'huile. Donc ce reniflard serait placé éventuellement ailleurs. Mais où ? Le twin cam serait-il ainsi le même en apparence mais pas à l'intérieur ? Ou alors la hauteur des caches culbuteurs qui semble être légèrement supérieure à la normale serait-elle là pour loger le bazar supplémentaire ?

          Aussi, comment la MoCo peut-elle faire respecter les normes euro 4 à son moteur culbuté refroidi par air ou partiellement par liquide ?

          Ou encore, ce nouveau moteur va-t-il enfin résoudre le fameux talon d'Achille des twin cam à savoir les patins de chaîne de distribution (les possesseurs de ce moulin savent de quoi je parle !) ?

          Alors, pure spéculation ? Nouveau moteur ? Et si c'est le cas, sera-t-il vraiment comme ces clichés nous le montrent ? Les réponses sont attendues pour fin août.

Pages

Clin d'oei

Prochaines sorties

d l m m j v s
 
 
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31
 
 
 
 
 
 

Nouveauté

Utilisateurs en ligne

Il y a actuellement 0 utilisateur connecté.

Copyright © 2015. Tous droits réservés.