Harley Davidson Perpignan

Connexion utilisateur

Météo

Temporairement indisponible

Actualités

    Obligation du port des gants : doit-on acheter une (...)

    Depuis le 20 novembre, conducteur et passager d’un deux-roues motorisé doivent porter des gants. Une obligation qui peut créer la confusion chez les motards entre conformité, homologation et étiquetage. Devez-vous changer vos gants ? Acheter une paire neuve ? On fait le point.

    Porter des gants à moto est obligatoire pour le conducteur et le passager d’un deux-roues motorisé depuis le 20 novembre dernier. Nombreuses sont les interrogations des motards : dois-je changer mes gants ? Quelle différence entre « certifié CE » et « homologué » ? Quelle étiquette dois-je avoir sur mes gants ? Voici notre éclairage.

    Dois-je acheter une paire neuve si je possède déjà des gants de moto ?
    Non. Les gants doivent être « conformes à la réglementation relative aux équipements de protection individuelle » : concrètement ils doivent être conçus pour limiter les risques de blessures en cas de chute. Un organisme de contrôle s’assure que les modèles des fabricants correspondent à différents critères comme la résistance à l’abrasion par exemple. Si le modèle passe le test, il reçoit le marquage CE.

    Détail qui a son importance, la mention CE doit être apposée sur une étiquette ou sur un support fourni avec le produit. Il n’est donc pas obligatoire d’avoir l’étiquette à même le gant, CE peut très bien être inscrit sur la boîte du produit. Comme le précise le site la DGCCRF : le marquage « est apposé sur le produit lui-même, à défaut sur l’emballage ou le document d’accompagnement ».

    Puis-je rouler avec des gants de jardinage étiquetés CE ?
    Non. Ce n’est pas l’étiquette CE qui fait la protection, on retrouve celle-ci sur de nombreux produits qui n’ont rien à voir avec la moto, mais elle est attribuée pour des exigences différentes, fonction de l’activité à laquelle le produit correspond.

    Comme écrit plus haut, les gants doivent être « conformes à la réglementation relative aux équipements de protection individuelle ». Il s’agit bien d’équipements de moto, et pas de jardinage, gants de vaisselle ou autre !

    Mais quelle différence entre marquage CE et norme ? 

    La norme (ici numérotée 13594 : 2015) est un niveau de contrôle supplémentaire, qui correspond à un cahier des charges plus précis. Mais il n’est absolument pas obligatoire de circuler équipé de gants correspondant à cette norme. Concrètement, elle est matérialisée par un logo spécifique sur les gants (ci-dessus).

    Si elle n’est pas obligatoire, la norme assure tout de même un niveau de protection supplémentaire, mais de posséder des gants qui répondent à cette norme relève du choix de chacun.

    Vous voilà prévenus, l’absence d’étiquette CE sur vos gants n’impose pas de les changer. Lors d’un contrôle routier, on devrait se contenter de vérifier que vous portez bien des gants de moto que l’on peut qualifier d’équipements de protection individuelle.

     

    En découvrant qu’un des leurs était en difficulté sur le bas-côté d’une route du New Jersey, Dan Barkalow et ses amis, des motards américains, se sont arrêtés pour le secourir. Les bikers sont tombés sur Bruce Springsteen en personne ! 

    Voir les photos

    (Capture Facebook)

     En revenant du Veteran’s Day, (l’équivalent du 11 novembre, ndlr), Dan Barkalow et ses amis tombent sur un motard en difficulté sur le bas-côté d’une route du New Jersey. Ni une ni deux, les autres bikers lui viennent en aide et tombent des nues : le motard n’est autre que Bruce Springsteen. 

    “Je descends de ma moto, et là je vois Bruce Springsteen. Je lui fais alors remarquer que sa tête me dit quelque chose", explique Dan à la CNN. En attendant l’intervention d’une dépanneuse, The Boss s'installe à l'arrière de la moto de l'un des amis de Dan, direction le restaurant le plus proche. 

    En compagnie de la légende du rock, les motards descendent plusieurs verres et refont le monde: “C'était vraiment un chic type, très abordable. On a parlé des groupes de rock du coin et de sa vie dans la région”, détaille Dan au média américain. 

    Dan a immortalisé sa rencontre avec la star et a posté son histoire sur Facebook ! Son post est devenu viral en l’espace de quelques minutes…

     

     

    Sans la Luminosité de l'Âme, la Pureté du Cœur et la Simplicité du Mental, l'Art n’est pas un Art  !!!

    L'Art d'Aiby est un jeu de Cache-cache,
    Où Formes et Couleurs se Lâchent...
    Entre les Sourires de ces Âmes,
    Entrent les Souvenirs qui Désarment...

    Venez le Regard plein d'Envie,
    Pour ce 1er Vernissage bien en Vie  !!!
    Un Vendredi 4 Novembre entre Amis,
    Un Tendre Moment dans l'Antre d'Aiby  !!!

    Pierre-david Guisset de La Concession Harley Davidson Perpignan et Thomas Guillon du Restaurant L'Ardoise du Gaudi ainsi que Salvador Verduet les Bikers du Chapter66 vous invitent à venir partager ce 1er Vernissage dans une Ambiance Mot'Arts !!! Des Mots et de l'Art :) de quoi Éveiller et Émerveiller vos Sens :) !!!

    La concession Harley-Davidson 66 Perpignan, le restaurant L'Ardoise du Gaudi et le Perpignan 66 Chapter H.O.G (Harley Owner Group) ont le plaisir de vous annoncer que l'artiste AIBY exposera ses oeuvres du 4 novembre 2016 au 25 novembre 2016.

    Cette exposition sera visible à la fois à la concession Harley-Davidson de Perpignan ainsi qu'au restaurant du Gaudi.

    Nous serions heureux de vous compter parmi nous le 4 novembre à partir de 18h30 pour le vernissage de cette exposition intitulée "Sur les routes de l'expression libre".

    Lors de votre visite, vous serez invité à remplir un bulletin qui vous permettra de participer au tirage au sort proposant une oeuvre de l'artiste AIBY. Le tirage au sort aura lieu le vendredi 25 novembre à la concession Harley-Davidson de Perpignan à 18h30.

     

    Le Trike Freewheeler, le trois roues de chez Harley. 500 kg de sensations fortes.

    Le Trike Freewheeler, le trois roues de chez Harley. 500 kg de sensations fortes.Harley Davidson

    Avec son nouveau moteur -le Milwaukee Eight 107-, Harley-Davidson met de l'eau forte dans ses moulins. Une fois n'est pas custom, ce n'est pas un nouveau modèle que nous avons testé pour vous, mais une bonne partie de la gamme Touring équipée de ce coeur flambant neuf...

    Chez Harley, on a toujours vu tout en grand, à l'image des vastes espaces made in USA. Alors pour présenter au monde son nouveau bébé, sa neuvième génération de moteur, la vénérable firme de Milwaukee a convié les meilleurs journalistes moto de la planète (normal, j'y étais) à Tacoma, une ville voisine de Seattle. Pourquoi, warum, perché, porqué, favoust? Parce qu'à Tacoma, l'herbe qui fait rire est en vente libre dans une petite épicerie dédiée. Non, je déconne! Enfin, c'est vrai pour la beuh légalisée, mais c'est faux quant aux motivations du staff Harley-Davidson. Chez les bikers, on ne fume pas, on ne boit pas, on roule (mais non, pas des joints!), on enroule du câble, on essore la poignée. Bref, on ride...

    A lire :Essai de la Harley-Davidson 1200 Roadster

    Moteur Harley-Davidson Milwaukee Eight 107

    Le nouveau 107 de Harley-Davidson préserve les sensations classiques des motos de la marque.© Alain Spira

    La véritable raison de cette présentation mondiale, pour ne pas dire universelle, loin de la Californie, c'est qu'à quelques miles (hé oui, les blaireaux, ici on cause en inches, en yards, en onces, bref, c'est le souk...) se trouve l'Olympic National Park. Montagneuse, recouverte de splendides forêts de conifères, parsemée de lacs au goût sauvage, cette immense réserve naturelle est donc censée offrir aux motards un entrelacs de routes idéales dans des paysages de rêve. A condition d'être des petits veinards et d'avoir le cuir bardé de douilles (je n'ai pas pu l'éviter celle-là). En effet, ce coin des States est réputé pour son climat, disons... breton. Avec environ 300 jours de flotte par an, on comprend que l'herbe (encore elle) y soit verte. Mais ceux qui ont dû être vert de rage, ce sont les gars qui nous ont précédés pour ces essais. Des panoramas merveilleux, ils n'en ont vu que goutte. Et des gouttes, ils n'en ont pas manqué! Au point de vouloir troquer leurs guidons contre des gouvernails... Et c'est qui les chanceux qui ont pu tracer la route sous un soleil hollywoodien avec de tels sourires aux lèvres que leurs dents ont bronzé? Et bien, c'est nous les petits frenchies. Mais avant d'user nos jeans sur les généreuses selles de la vingtaine de machines mise à notre disposition, nous avons eu droit à une présentation façon cours d'anatomie à la fac de médecine, de ce 107 disséqué avec soin par nos hôtes. Aie... 

    Le Milwaukee 8, un moteur qui fait dans le sculpturisme 

    Quand on doit faire lever l'ancre à des machines qui dépassent allègrement les 360 kg à sec (et même sur le mouillé), mieux vaut en avoir sous la culasse. Aussi, depuis 113 années, chez madame Harley on a pris l'habitude de décliner ses big twins vers le haut. Aux Etats Unis, plus que partout ailleurs, le client est king. Alors pour peaufiner cette nouvelle mécanique, dans les concessions, les concentrations, les chapters, on a sondé les utilisateurs afin qu'ils expriment ce qu'ils attendraient d'une nouvelle génération de leur V Twin favori. Résultat de l'enquête, les bikers et les bikeuses aspirent à plus de puissance, plus de plaisir de conduite, plus de confort et, surtout, ils veulent conserver le feeling, l'esprit et le son Harley-Davidson. Bon, s'ils m'avaient posé la question, j'aurais répondu the same thing. Pas besoin de dépenser des dollars en sondage... Afin de satisfaire la clientèle, les ingénieurs maison ont donc conçu un moteur inédit de A à Z. En passant par B comme buffet du breakfast...

    Harley-Davidson CVO Street Glide

    La Harley-Davidson CVO Street Glide, pilotée par notre reporter.© Harley-Davidson

    C'est en effet au réveil que ces sadiques de techniciens nous ont convoqué pour une présentation détaillée du 107. La première chose qui saute aux yeux comme un retour de kick, c'est la beauté de ce bloc de métal ouvragé. Ce moteur a été designé avec amour, ça se voit. Mis à nu sur son piédestal, il se suffit à lui-même comme une statue dans une galerie d'art. Mais le Milwaukee Eight n'a pas pour vocation de faire de la figuration sur une étagère ou de pourrir dans un musée. Son truc à lui, c'est de s'agripper aux barreaux de son cadre pour faire hurler le métal et crisser le gommard. C'est du moins ce que j'ai compris des explications techniques délivrées au pied du lit par Mat Miller (l'ingénieur en chief) et son équipe, à un auditoire attentif. Je dois avouer que la plupart des détails technologiques versés dans mes oreilles comme de l'eau bouillante sur du thé, n'ont guère infusé. De plus, ce flot d'informations était délivré en version originale sans sous-titres. Alors question comprenette... Un régime de ralenti et un couple optimal abaissés, bon d'accord, au tableau ça en jette. Mais moi, ce que j'attendais, c'était de pouvoir flanquer un grand coup de démarreur à ce fameux 107 pour voir, in vivo, si ce qu'il avait dans le ventre correspondait au discours théorique de ses géniteurs, tout fiers de leur «projet»niture. A les écouter, leur baby moulin allait nous scotcher avec son couple de triceratops, sa puissance de brontosaure et son caractère bien trempé de T-Rex. Vêtu de ma peau de bête (autrement appelé «blouson de cuir»), j'étais prêt à déterrer la hache (pas le hash, bande de sacripans) de guerre du feu... 

    Le 107? Il est sensass! 

    Moi, vous me connaissez, je suis revenu de tout, blasé que je vous dis. J'ai tout essayé, du Solex sans ABS au Vélib' sans selle. J'ai même essayé des trottinettes éclectiques, c'est tout dire... Alors pour me snober, il faut mettre le paquet. Et là, je dois dire que chez Harley, ils nous ont scotchés en alignant sur le parking de l'hôtel l'ensemble de la gamme Touring, avec certains exemplaires équipés du «vieux» 103, histoire de comparer ce préhistorique moteur à son préhystérique successeur. Ah les jeunes! Ce brave Nietzsche avait beau marmonner dans sa moustache que «la liberté, c'est l'absence de choix», quand on vous donne l'occasion de prendre le guidon d'une Street Glide ou d'une Road Glide Special, d'un Road King, nature ou Classic, d'une version CVO Limited à 40 000 boules, équipée du 114 cubic inches (1868 cm3), on se dit que le philosophe en aurait avalé son allemand s'il avait été avec nous. Ce choix nous offrait une kolossale liberté de changer de békane tout au long de cette virée d'environ 600 km sur deux jours. C'est qui les veinards? Je ne vous le fais pas dire, bande de jaloux. Et, cherry sur le cheeseburger, il y avait même un Freewheeler flashy, ce trike à trois roues, au menu.

    Harley-Davidson Road King

    Avec ce nouveau moteur, la Road King est vraiment toujours la reine de la route.© Harley-Davidson

    Inutile de dévorer des kilomètres de bitume et d'avaler des kilos de moucherons pour jauger des qualités du Milwaukee 8 dès les premières accélérations. Même sur les machines les plus lourdes, l'évolution du bloc est immédiatement perceptible. Plus pêchu, plus réactif, le moulin envoie ses chevaux dès les plus bas régimes (2000 tr/mn) avec une relative linéarité qui pourrait inquiéter les puristes intégristes. Il est vrai que ce que gagne cette mécanique en efficacité, elle le perd un peu en rugosité. Disons que c'est du costaud... civilisé. Rassurez-vous, cette concession au modernisme (et à la norme Euro 4) avec l'adoption de 4 soupapes par cylindre ne se fait pas au détriment du caractère. Et même s'il y a beaucoup moins de vibrations, celles qui restent sont toujours aussi good. L'âme Harley est préservée, d'autant que la sonorité si typique du gros V Twin est toujours là pour vous chatouiller agréablement les trompes d'Eustache. Bien sûr, libre aux futurs proprios d'en améliorer les vocalises (dans les limites de la légalité, pour sûr, shérif...) Joli à regarder, beau à écouter, séduisant à piloter, le 107 ne révolutionne pas la gamme Touring, mais il l'évolutionne d'une façon très sensible, tant sur le plan de l'efficacité pure que du plaisir de pilotage. 

    Des machines très confor... stables

    Chez Harley, on n'a pas fait les choses à moitié. Créer un nouveau moteur de référence, c'est une chose, mais cela sert à quoi de changer de matelas, si on garde le même vieux sommier? La comparaison est approximative, mais bon, c'est tout ce que j'avais en stock... Tout ça pour dire, que les améliorations pour 2017 portent aussi sur les suspensions avec l'adoption d'une fourche Showa à double clapet (il paraît que ça encaisse mieux les nids de poules mouillées) et d'amortisseurs arrières à émulsion, ajustables sans outils et offrant jusqu'à 30% de débattement en plus. C'est les dos des vieux bikers qui vont être contents.

    Harley-Davidson

    La Harley-Davidson Road Glide Special profite elle aussi du nouveau 107.© Harley-Davidson

    Autre point positif, la douceur accrue de l'embrayage et de la boîte de vitesse, désormais au niveau des meilleurs standards. Résultat, cette balade au soleil sur les petites routes de montagne du nord-ouest américain n'aura occasionné aucune fatigue, quelle que soit la machine essayée. Ces véritables fauteuils roulants, animés par ce dynamique 107, offrent ce qui se fait de mieux dans le domaine du grand tourisme à moto. Evidemment, le trike Freewheeler se classe dans une catégorie à part. Tournant à plat, suspendu à l'arrière par un essieu rigide, il offre des sensations fortes et funs, mais demande un pilotage plus musclé, donc beaucoup moins relax. Mais cet engin à part au caractère bien affirmé, impose son charme hors normes et... hors embouteillages. Ce qu'il y a d'étonnant, avec ces mastodontes à 2 roues, c'est qu'une fois en route, on oublie leur masse. Equilibrées, saines au niveau du comportement, freinant bien, frottant beaucoup moins dans les virolos serrés, ces machines haut de gamme parviennent réellement à faire rimer plaisir de pilotage et voyage. Sans parler de la part de rêve qu'elles dégagent. Y a pas à tortiller de la roue arrière, les Harley restent des motos à part. Et à part ça? Bon d'accord, elles ne sont pas données, mais sincèrement, on en a pour ses dollars.

    Harley-Davidson Street Glide Special

    La Street Glide Special, entre les mains de notre journaliste.© Harley-Davidson

    Alors si dans un accès de bonté bien venue, les sympathiques gens de chez Harley-Davidson me demandaient laquelle parmi toutes celles qui ont été mises à notre disposition, j'aimerais bien recevoir comme petit cadeau qui entretient l'amitié, je répondrais sans hésiter : la Road King. Moins massive que les Glide, plus maniable et si rétro, elle porte avec brio les gènes esthétiques de la marque. Pour la couleur, le bleu/argent me va très bien. Quant à l'adresse, je vous la donne hors antenne. Qui a dit «vendu»? Ce n'est qu'un troc. Ses 362 kg contre le poids de ma plume.

    Photo de Pierre-david Guisset.

    Photo de Pierre-david Guisset.

     

     Merci à jean Claude Vela maître barbier, Max Dúch et Laurette Salvador de "Anchor tatoo", à notre shooter préféré Jimmy Phan venu avec ses plus gros zoom et ses modèles, à la Team Airstream Burger pour ses fabuleux menus, mention spéciale à l'équipe de football américain de Perpignan Les Archanges,qui ont chauffé la concession au possible. 
    Thanks au groupe Maurin pour le prêt de la monstrueuse Ford Mustang 2017, à Bruno Fa pour l'expo de sa Mustang cabriolet à laquelle il tiens tant !! 
    Respect au groupe The fifty's ainsi qu' au groupe Bang pour leurs prestations musicales de qualité ! 
    Une énorme pensée à toute mon équipe qui m'accompagne chaque jour avec une implication hors du commun !
    Merci à tous nos clients, amis, proches et conjoints, d'avoir répondu à l' invitation en masse, faisant de ces portes ouvertes un moment inoubliable !!!
    Merci pour tous vos sourires, poignées de mains et encouragements cela m'a fait chaud au coeur !
    Promis les prochaines portes ouvertes seront encore plus terribles ... !!!

     

     

    « Du haut de ses 28 piges, Miss Harley est une petite nana qui rêve simplement de liberté ». 
    46 pages illustrant les débuts motards conjugués au féminin sous le scénario de Mickael Roux et les dessins de Philippe Gürel et Arnaud Poitevin. Verdict.

    Nouvelle bande dessinée mettant en scène le monde de la moto… mais cette fois sous les yeux d’une fille: Miss Harley débarque dans votre salon. 
    Si les auteurs sont masculins c’est une vision féminine qui nous est ici proposée avec un graphisme joliment réalisé. 
    Un style tout en rondeur pour une succession de planches qui nous permettent de faire connaissance avec Milly, notre Miss Harley, et tout son entourage…

    UN AUTRE UNIVERS

    Un monde d’homme celui de la moto ? Clairement. Pour y palier et s'en amuser voici Miss Harley, une BD retraçant les débuts d’une fille en moto et pas n’importe laquelle, une Harley. 
    Depuis quelques années la marque américaine est partie à la conquête du marché féminin, cette BD en est clairement l’illustration. On aimera toujours autant les dessins de moto de Gürel et les clins d’œil discrets au Joe Bar Team avec Edouard Bracame sur sa fidèle Honda, Lucien (Lebrac) musicien de son État ou encore un canard aux confessions illustrées (Confessions d’un canard sex-toy) en passe d’être échangé, vous devinez contre quoi ? Une Harley bien sûr !

    Un univers se crée donc autour de notre héroïne mais aussi de sa sœur (non motarde… du moins pour l’instant), de son concessionnaire préféré ainsi que d’autres personnages récurrents à l’image des représentants de la loi… bref un autre regard, des recettes souvent exploitées pour une cuisine qui fonctionne.

     

    MIGNONNE

    Avec un dessin accrocheur tout en courbes et des gags courts, ce premier opus de Miss Harley nous a fait passé un bon moment.

     

    Si certaines planches sont téléphonées et quelques sketchs pas réellement drôles néanmoins l’ensemble fonctionne plutôt bien avec un vent de nouveauté appréciable avec en prime quelques références au monde Harley-Davidson bien placées. 
    Un bon moment en perspective qui s’adressera à un large panel de lecteurs, motards ou non. Une bonne idée cadeau sans se ruiner.

    CÔTÉ PRATIQUE 
     Miss Harley- Tome 1 
     Scénario : Mickaël Roux 
     Dessins : Gürel & Poitevin 
     Éditions: Bamboo 
     Prix : 10,60 euros TTC 
     Points de vente habituels 
     Tailles: 21 cm x 28,5 cm 
     48 pages 

    Xavier Charles – gérant Harley-Davidson Avignon et Perpignan.

    – Vous venez d’essayer le nouveau moteur Touring 2017 MILWAUKEE-EIGHT, alors ?

    Xavier : « Ouahh ! Une révolution chez Harley ! Le moteur du 3ième millénaire ! »

    – Vous pouvez nous en dire plus ?

    Xavier : « Déjà quand j’ai démarré la moto, le moteur ronronne différemment ! On sent qu’il y en a sous la poignée d’accélérateur . On sent l’augmentation de cylindrée et les 4 soupapes par cylindre !! »

    – Et ensuite après ce premier contact ?

    Xavier : « Maintenant quand tu passes la première, tu n’as plus ce bruit et cette sensation de « taper dans la ferraille ! »

    – OK jusque-là, good sensation, mais après ?

    Xavier : « après j’ai dégusté un moteur linéaire bien plus puissant que les 103ci (1700cm3). C’est bien simple, tu te retrouves rapidement en 6ième tellement le moteur a du répondant. La boîte de vitesse est en harmony avec cette puissance. Je me suis régalé ! »

    – Globalement cet essai ?

    Xavier : « Réellement, j’ai eu l’impression de repasser un baptême chez Harley avec une sensation nouvelle. Un pur plaisir avec le moteur et la boîte. »

    – Top alors ! Avez-vous un dernier commentaire à faire ?

    Xavier : « Le confort ! Comment vous dire ? … le rushmore avec les nouvelles suspensions couplées au nouveau moteur et la nouvelle boîte de vitesse… Un plaisir formidable ! » J’invite tous les bikers à venir essayer nos nouvelles motos Touring Milwaukee Eight en démonstration dans nos magasins ! Bye

    L’image contient peut-être : 1 personne , plein air

     

    "Harley and the Davidsons", fiction inédite à découvrir en novembre sur Discovery Channel (vidéo)

    Dès le jeudi 17 novembre, la chaîne Discovery Channel proposera à ses téléspectateurs de découvrir « Harley and the Davidsons », une fiction en trois épisodes de 120 minutes qui retrace la folle épopée de la création de l’iconique Harley Davidson dans les années 1900.

    Une Harley-Davidson est bien plus qu’une simple moto : c’est un symbole de l’Amérique. Partis de rien, ses fondateurs Walter et Arthur Davidson ainsi que leur ami Bill Harley ont dû triompher de nombreux obstacles, faire face à une concurrence sans pitié et prendre de gros risques. Ensemble, ces trois jeunes hommes, issus de la classe ouvrière, ont tout donné pour assurer la survie de leur société tout juste créée. Mais jusqu’où étaient-ils prêts à aller pour vivre le rêve américain ?

    Inspirés de l’histoire vraie de la mythique Harley-Davidson, les trois épisodes de cette série inédite reviennent sur la naissance de cette moto à une époque de bouleversement social et technologique. Walter, Arthur et Bill ont risqué jusqu’à leur dernier sou pour lancer leur entreprise. Même quand ils ont dû affronter des difficultés personnelles, la moto restait le lien qui les unissait dans la poursuite de leur rêve.

    Pour Walter Davidson (interprété par Michiel Huisman de la série Game of Thrones), ce projet était une chance d’échapper au carcan de la société en ignorant les règles établies afin de construire une moto pouvant vous transporter partout et à grande vitesse. Pour Arthur Davidson (interprété par Bug Hall du film culte Les Chenapans), c’était finalement l’occasion de se faire un nom. Et pour Bill Harley (joué par Robert Aramayo de Game of Thrones), la moto était l’opportunité de s’émanciper et de faire connaître ses talents d’ingénieur.

    « Harley and the Davidsons » révèle comment les fondateurs ont su se développer et prospérer dans un esprit de loyauté, depuis leur contrat avec l’armée américaine et la formation mécanique des soldats sur le terrain au soutien des turbulents clubs de motards fleurissant à travers le pays. Loin de se contenter du succès acquis, ils remirent également leur réputation en jeu lors de la création de la première Superbike. Walter, Arthur et Bill ont permis à la marque Harley-Davidson de rayonner à l’international s’émancipant de toutes les règles, capable d’aller n’importe où et à pleine vitesse.

     

     

    Toutes les bonnes choses ont une fin... Chez Harley-Davidson aussi avec les 60 derniers exemplaires du V-Rod, le power cruiser de la firme du Milwaukee, qui tire sa révérence après quinze ans de bon et loyaux services.

    Une page se tourne pour Harley-Davidson dont le modèle V-Rod sort de la gamme et devient plus que jamais un "Collector". La marque commercialise en effet les 60 derniers V-Rod jusqu’à la fin du mois de septembre, le modèle n'étant en effet pas reconduit en 2017 : une nouvelle victime d'Euro4. Pour ceux qui souhaitent détenir l’objet de toutes les futures convoitises, le temps vous est compté.

    En 2001, le V-Rod avait ouvert une autre voie en inaugurant le premier moteur à refroidissement liquide de la marque Harley-Davidson, lui permettant de mettre le pied dans le segment des Power Cruisers. D'une cylindrée initiale de 1130 cm3, ce moteur appelé Revolution et conçu en partenariat avec Porsche, a atteint plus tard les 1250 cm3. 

    Si le moteur du V-Rod était un bicylindre en V comme le veut la coutume chez Harley, la philosphie de cette moto était tout autre. Le V-Rod a sans aucun doute bousculé les habitudes des puristes de la marque et en même temps marqué l’arrivée de nouveaux clients. Mi-dragster mi-custom, la Harley-Davidson V-Rod a été le précurseur d'un nouveau segment de motos baptisé Power Cruiser. Segment sur lequel on retrouve aujourd'hui des motos commela Ducati XDiavel (qui a d'ailleurs repris les dimensions de l'énorme pneumatique arrière de 240 mm).

    En France, ce sont près de 5000 modèles qui ont été vendus depuis l’apparition du V-Rod en 2001. Aujourd'hui, deux versions sont disponibles avec le Night Rod ou le Muscle. On vous le repète, il vous faut vous dépêcher d'en acheter un avant la fin du mois... Et la dispartion du modèle.

    Pages

    Clin d'oei

    Prochaines sorties

    d l m m j v s
     
     
     
     
    1
     
    2
     
    3
     
    4
     
    5
     
    6
     
    7
     
    8
     
    9
     
    10
     
    11
     
    12
     
    13
     
    14
     
    15
     
    16
     
    17
     
    18
     
    19
     
    20
     
    21
     
    22
     
    23
     
    24
     
    25
     
    26
     
    27
     
    28
     
     
     
     

    Nouveauté

    Utilisateurs en ligne

    Il y a actuellement 0 utilisateur connecté.